Vous êtes ici : Accueil > Agenda > Écrit et livre > Lucie Castel, lauréate bédéiste de la résidence croisée en Land Hesse

Lucie Castel, lauréate bédéiste de la résidence croisée en Land Hesse

Mis en ligne le 01 août 2017

Du 2 octobre au 24 novembre 2017, la bédéiste néo-aquitaine Lucie Castel part en résidence à la villa Clémentine de Wiesbaden, en Allemagne. Pendant ce séjour, elle est également invitée à la Foire du livre de Francfort puisque la France y est l’invitée d'honneur et que l’année hessoise est dédiée à la bande dessinée.

Née en 1987 en Charente-Maritime et dessinatrice, Lucie Castel est la 8e  lauréate de la résidence croisée, issue d’accord de coopération entre l’agence Écla et le Hessischer Literaturrat du Land de Hesse. Pendant 8 semaines, cet automne, installée dans la villa Clémentine, à Wiesbaden, elle va poursuivre ses recherches graphiques pour le deuxième tome de Voyages en Égypte et en Nubie de Giambattista Belzoni , publié aux éditions Flblb. Elle prépare également, le temps de son séjour, une performance qui sera présentée lors de la Foire du livre de Francfort 2017 (du 11 au 15 octobre 2017).

Après des études de graphisme à Angoulême et de cinéma d’animation à Montauban, Lucie Castel intègre en 2008 à Poitiers, en tant que graphiste, les éditions de bandes dessinées Flblb (prononcer « flebeleb »). En 2011, elle réalise sa première bande dessinée au sein du livre collectif Afghanistan , pour le même éditeur puis elle participe à de nombreux fanzines. En 2013, elle part vivre dans le grand Nord où elle continue de travailler son dessin. Depuis son retour, elle a repris sa collaboration avec Flblb et réalise également des BD-reportages et des illustrations de couverture pour les journaux bruxellois Alter échos  et Médor . Son premier livre, Un corps  (co-écrit avec Philippe Vanderheyden), est sorti en 2015 aux éditions belges L’employé du Moi.

Le projet de résidence

Lucie Castel vient d’adapter le 1er  tome du journal de voyage en Égypte et en Nubie de Giambattista et Sarah Belzoni. Ce couple plutôt atypique participe à partir de 1815 aux débuts de l'égyptologie à l'époque où cette discipline relevait plus du pillage que de la recherche scientifique. Belzoni a écrit un journal de voyage palpitant où il s’attache moins à décrire ses découvertes que ses relations avec toute une galerie de personnages hauts en couleurs. Paru aux éditions Flblb, ce 1er  tome a été scénarisé par Grégory Jarry (auteur et éditeur de FLBLB) et Nicole Augereau (Prix spécial du jury Artémisia 2017  pour Quand viennent les bêtes sauvages , édité également par FLBLB).  Lucie Castel va donc s’atteler au deuxième tome ; un troisième devrait suivre en 2018.

Pour ces recherches de décors, elle travaille à partir de gravures du 19e siècle - notamment celles issues de la Description de l'Égypte  (ouvrage commandé par Napoléon pendant sa campagne d'Égypte).

________________________________________________________________________________________________________

Voyages en Égypte et en Nubie de Giambattista Belzoni , tome 1, scénario de Grégory Jarry et de Nicole Augereau, dessins de Lucie Castel, éditions Flblb, 2017. D’après Les Voyages en Égypte et en Nubie  suivi de Voyage sur les côtes de la mer Rouge et à l’oasis de Jupiter Amnon  de Giovanni Belzoni, paru en 1821.

« De Lisbonne, nous nous embarquâmes pour l’île de Malte où, le 19 mai 1815, on nous délivra un passeport pour Alexandrie, porte d’entrée en Égypte pour tous les voyageurs occidentaux. »

En 1815, Giambattista Belzoni (1778-1823) et sa femme Sarah Belzoni débarquent en Égypte afin de présenter au Pacha, une machine hydraulique capable de révolutionner l’arrosage des champs qui bordent le Nil. Comme le Pacha refuse de financer le projet, les Belzoni s’adresse à Henri Salt, le consul d’Angleterre, qui leur confie la mission de ramener au British Museum un gigantesque buste de Ramsès II. Contre toute attente, Belzoni réussit là où le consul de France a échoué. Fort de ce premier succès, le groupe se rend en Nubie, où il se donne pour objectif de désensabler le grand temple d’Abou Simbel, dans lequel personne n’a jamais pénétré…

 Belzoni a été le premier à entrer dans le temple d’Abou Simbel - que la France a sauvé des eaux de 1963 à 1968, lors de la construction du grand barrage d’Assouan. Il y a découvert des tombes royales de première importance (notamment le magnifique sarcophage de Séti 1er) et a ouvert la pyramide de Khephren à Gizeh, 600 ans après le fils de Saladin. Également dessinateur, Belzoni a organisé plusieurs expositions à Londres et Paris, qui ont enthousiasmé Champollion au moment où celui-ci publie sa découverte sur le déchiffrement des hiéroglyphes.

________________________________________________________________________________________________________

Bibliographie

Livres

Un corps , avec Philippe Vanderheyden, éd. L’employé du Moi, 2015.

Afghanistan , collectif, éditions Flblb, 2010.
 

Fanzines

Pas de ça chez moi , série en cours, avec Philippe Vanderheyden, 2016.

Krump la police , éditions Radio as paper, 2016.

« Mutinerie », dans Rhizome , n°6, janvier 2015.

« Llamademe Orlando », dans Ménage à trois , n°5, 2015.

Presse

« La loi de la jungle », avec Quentin Noirefalisse, Médor , n°4, septembre 2016

« Du vécu », 7 épisodes parus dans Alter échos , 2014-2015.

« Grand écran », dans Stripburger , n°63, 2014.

À consulter :

https://grandpapier.org/lucie-castel/

https://www.flblb.com/auteur/lucie-castel/

http://bienvenuechezcastel.tumblr.com/

Fichier(s) à télécharger

+Photo(s)