Vous êtes ici : Accueil > Écrit et livre > Catalogues des œuvres > Langue française > Plains regards - moment des renouées

Plains regards - moment des renouées

Publié le 20/02/2013

Quelques mots de l’ami sur l’auteur...

 

Je connais Francis Julienpont depuis toujours. Je le connais depuis toujours parce que nous sommes jumeaux. Non pas de sang, j’aurais dit « frère jumeau », mais de façon plus originale, parce que nous sommes nés le même jour, qui plus est un soir de Saint-Sylvestre, dans une même petite ville du sud de la France... Le début de nos liens ! Les affinités, elles, viendront plus tard...

 

Je connais le « travailleur » toujours entre deux voyages lointains, l’homme engagé aux convictions humanistes, je connais le compagnon du samedi soir, amateur de bonne chère et de convivialité partagées… Je connais aussi le poète.

 

On l’imaginerait alors éparpillé, « touche-à-tout » un peu vain. Non, il sait tout simplement aller au bout de toutes ses envies, de tous ses désirs, aidé en cela par une énergie rare. Il ne croque pas la vie à pleines dents, il la dévore. Peut-être est-ce pour éviter que ce ne soit elle qui le dévore. Un kaléidoscope donc, dont la facette la plus attachante est à mon sens celle du poète.

 

Ni monolithique, ni schizophrène, l’homme vit sur le mode du rêveur éveillé qui ressent les battements du monde avant même de chercher à le comprendre...

 

Prenons le « chemin d’Allan » pour nous rendre de « Fontjarus » jusqu’à « Saint Martin l’Inférieur »...

 

Au fil des pages se trace une écriture porteuse d’émotions qui appellent les nôtres et nous embarque au-delà de l’alchimie des mots. Francis Julienpont crée un monde – images mouvantes, rythmées,  subtil mélange des couleurs, des odeurs, des formes et des éléments d’une nature mêlant rudesse et générosité – dans lequel le lecteur entre en symbiose avec l’au teur...

Le poème se lit, mieux, s’écoute comme on prête l’oreille au souffle, aux murmures et aux cris de la terre, à l’expression des premières émotions, des premières souffrances « d’un frêle enfant déjà meurtri d’absence ».

 

L’univers du poète - parfois mélancolique - nous envahit doucement et nous submerge ; les lieux qu’il aime, les événements en filigrane qui jalonnent une vie ; l’amour aussi et la difficulté de se dire à l’autre ; l’engagement du citoyen, son cri face aux injustices et aux souffrances, son regard souvent tourné vers les autres ; un regard aiguisé qu’il porte, ici, sur le sort de beaucoup de nos frères, ailleurs, plus loin, sur ces pays où l’arbitraire est loi et qui le font espérer en un monde « sans hampes de drapeaux ».

 

Ces Plains regards sont, sans nul doute, largement autobiographiques. Le poète s’y esquisse au détour d’un « Autoportrait »  et nous entraîne depuis sa tendre enfance jusqu’à ce que se glisse en lui la certitude qu’un « pan de vie » s’achève. 

 

Cette œuvre est celle de la maturité : maturité d’un style à la maîtrise assurée et maturité d’un homme à l’existence accomplie.

 

« L’oison » des premiers vers cède peu à peu la place à « l’oiseau foudroyé » du dernier poème.

 

Reste à franchir le seuil. La quête est-elle finie, ou bien commence-t-elle ? En tout cas il part. Il part ailleurs, « au bout des routes », là où la sérénité emplira tout son espace.

 

Peut-être aussi commence-t-il à entrevoir l’issue définitive. Sérénité… mort… cela est un peu identique… Il parle, lui, de « désarrimage » afin de trouver « une neige, une neige paisible, une neige paisible enfin ».

 

Jan Rigaud, Montélimar, novembre 2012

Thématiques

Champs de création

Plains regards - moment des renouées

  • Auteur(s) : Francis Julienpont ;
  • Editeur :
  • EAN : 9791092173024
  • ISBN : 979-10-92173-02-4
  • Prix : 21 EUR
  • Disponibilité : disponible