Vous êtes ici : Accueil > Écrit et livre > Catalogues des œuvres > Théâtre (pièces) > Aujourd'hui les mythes d'hier Rien ne saurait mieux mordre au coeur de mon époux Un rêve qui veille Egée ou Le saut du roi Pourquoi Hécube

Aujourd'hui les mythes d'hier Rien ne saurait mieux mordre au coeur de mon époux Un rêve qui veille Egée ou Le saut du roi Pourquoi Hécube

Publié le 16/06/2014

Rien ne saurait mieux mordre au coeur de mon époux de Mariane Karen Fiori En quoi Médée nous touche-t-elle aujourd'hui, pour quelle raison son drame intérieur est-il si actuel ? On entrevoit dans ce texte les restes d'un couple brisé, les fêlures identitaires des êtres. La scène est un clair-obscur de douleur où l'on cherche en vain la présence de l'enfant évoqué, demeuré dans les limbes. Les personnages antiques côtoient les figures plus modernes du Manque, ou des symboles comme la Fenêtre ou la Lumière, et les sentiments héroïques font place à des émotions plus familières comme pour nous ramener à notre condition d'humain, dans un texte qui emprunte à la fois à la langue de la tragédie et à la poésie. Un rêve qui veille de Moni Grego Médée, Io, Antigone, trois mythes de femmes incandescentes qui nous parlent encore de nous, femmes d'aujourd'hui, tant de temps après... Icônes sublimes, mais aussi proies et enjeux au coeur de drames d'un quotidien si proche. Elles interrogent nos parts sacrées, celles qui éclairent ou massacrent dans l'amour et la guerre. Elles font face à l'éternel gâchis du cadeau de la vie... Égée ou le saut du roi de Jennifer Grousselas Égée, roi d'Athènes, ne peut pas avoir d'enfant. Il est rongé par cette fêlure intime qui laisse incertain l'avenir de sa cité. La nuit qu'il passe avec Aethra l'emplit pourtant d'un fol espoir. La jeune femme, violée par Poséidon peu après son départ, met au monde Thésée dont Égée s'imagine être le père... Ce sera à Thésée de choisir entre le père surnaturel et le coeur de l'homme blessé... Pourquoi Hécube de Matéi Visniec La figure d'Hécube, reine tragique dépeinte par Euripide, mère meurtrie symbole de la douleur infinie, interpelle encore. Parce que le monde n'a pas vraiment beaucoup changé : les hécubes se sont multipliées, le sang continue à couler, les mères enfantent sans cesse des guerriers. Quand Hécube frappe à la porte de l'Olympe pour poser cette question simple mais essentielle, Pourquoi ?, Zeus s'indigne, irrité par son insistance. "Comment une mortelle a-t-elle pu avoir la force de venir jusqu'ici pour nous interpeller ?" L'un des dieux répond : "Lors de la création du monde, cette règle fut inscrite dans ses fondations : lorsque le poids de la douleur d'une mère devient plus lourd que le poids du monde, elle a le droit de demander des comptes"...

Thématiques

Aujourd'hui les mythes d'hier Rien ne saurait mieux mordre au coeur de mon époux Un rêve qui veille Egée ou Le saut du roi Pourquoi Hécube