Vous êtes ici : Accueil > Écrit et livre > Édition > Salon du livre de Paris > Salon Livre Paris, du 17 au 20 mars 2016 > Interview des éditions Maïade

Interview des éditions Maïade

Dernière mise à jour le jeudi 03 mars 2016

Créée il y a maintenant treize ans et basée en Corrèze, la maison Maïade éditions s’est donnée pour but de mettre en valeur l’histoire et toutes les richesses du Limousin (littéraires, patrimoniales, artisanales, culinaires, rituelles…). Marie-France Houdart, fondatrice de Maïade et à la fois éditrice et auteure, a répondu à nos questions quelques jours avant de partir pour le Salon du Livre parisien.

femmes

1 - Parlez-nous des éditions Maïade ? Qui sont-elles et quels livres publient-elles ?
Les éditions Maïade ont été créées en 2003. Pour définir notre ligne éditoriale, disons que le livre idéal pour Maïade, « c’est un livre qui aurait été aussi sérieux qu’une thèse et aussi beau qu’un beau livre, un livre qui aurait mis en scène texte et images, aurait alterné pages blanches et brunes, papier clair et calque rouge, un livre qui aurait réuni jeunes et vieux autour d’une histoire, la leur. On s’y promènerait d’une police, d’une écriture, d’une couleur, d’une image à l’autre. Je ne l’ai pas trouvé. Je l’ai fait… »

2 - Êtes-vous une habituée du Salon parisien ?
Maiade éditions  a participé deux fois au Salon du Livre de Paris entre 2004 et 2006 et surtout ces deux dernières années, grâce au soutien actif du CRL Limousin, un stand de taille et d'esprit modeste, mais où chacun a trouvé sa place  à égalité avec les autres éditeurs du Limousin pour faire connaitre son travail, au public comme aux bibliothèques et aux libraires, nous espérons bien-sûr éprouver la même chose cette année et rencontrer les autre éditeurs de la grande Région.

HA couv 1e

3 - Deux livres représentatifs de Maäde éditions dont vous voudriez nous parler et qu’on pourra trouver sur votre stand à Paris ?
Tout d’abord Gabriel, des burons aux Halles, Entre Auvergne et Paris, la vie quotidienne au XIXe siècle de Claude Chappe Gauthier. C’est un livre passionnant, un tableau vivant, très illustré, sur le Paris du XIXe siècle dont les avancées technologiques ont entraîné à lui les hommes de toutes les campagnes et notamment celle des Auvergnats ; l’éternelle histoire des hommes en quête d’argent happés vers une région en quête de bras, sur lesquels elle pourra bâtir sa puissance et sa domination.  Ensuite, j’évoquerai mon dernier ouvrage : C'est par les femmes…, la terre la mère, les filles en Limousin à travers les temps  de Marie-France Houdart donc.  Le Limousin, c’est un pays peu ordinaire où il n’est pas exclu que la fille aînée hérite de la terre plutôt que le fils, que les femmes cultivent tandis que les hommes partent aux beaux jours, que l’amoureux serve sa dame comme une suzeraine, qu’une fille ose tenir tête aux hommes d’église qui la voudraient repentante. Tout ça, c’est le Limousin, en Aquitaine, ce qu’explique toute cette histoire, illustrée de quantité d’images, documents et chansons…