Vous êtes ici : Accueil > Écrit et livre > Édition > Salon du livre de Paris > Salon Livre Paris, du 17 au 20 mars 2016 > Interview éditions Corentin

Interview éditions Corentin

Dernière mise à jour le jeudi 03 mars 2016

Fondées en 1993, les Éditions Corentin s’orientent rapidement vers les grands mythes littéraires dans la littérature de jeunesse et dans l’illustration dite de l’Age d’or. Créée à Quimper par Patrick Naze, ancien collaborateur de la presse suisse et des Éditions Dargaud en France, la maison d’édition est, depuis 2002, basée à Pau. Camille Elcham, assistante d’édition, a répondu à nos questions.

9782909771670_1ere_couv

1 - Parlez-nous en quelques mots de votre maison d'édition ? Quand a-t-elle été lancée et quelle est la ligne éditoriale des livres publiés chez Corentin ?
La maison d'édition Corentin a été créée en 1993 en Bretagne et a toujours publié des grands classiques de la littérature, de la poésie et du théâtre, illustrés par les grands maîtres du « Golden Age » à découvrir dans différentes collections : Les Belles images, livres toilés, Au Pays de Féerie, brochés avec rabat, Mythes et Légendes, Contes nordiques et Les Trésors de l'illustration, ouvrages de référence. Depuis treize ans, nous sommes installés à Pau.

2 - Que représente pour vous le Salon du Livre de Paris où vous allez depuis de nombreuses années ?
C'est un événement incontournable auquel nous participons depuis plus de vingt ans en effet ! C'est l'occasion de rencontres enrichissantes avec un large public, des amateurs éclairés et des professionnels du secteur, un rendez-vous capital pour nous où nous sommes chaque année ravis d’exposer nos publications, qu’elles soient anciennes ou parmi les plus récentes.

 

9782909771748_1ere_couv

3 - Deux livres phares de la maison ou coups de cœur publiés cette année dont vous voulez nous parler ?
Tout d’abord Le Joueur de Flûte de Hamelin  qui évoque ces « maîtres des animaux », dotés de pouvoirs magiques et d’envoûtement de la nature. L'adaptation de Prosper Mérimée, écrite en 1829, traduit à merveille la malice du récit et les illustrations réalisées par Arthur Rackham en 1934, nous procurent toujours ce frisson particulier, né du mélange de grâce et de grotesque propre à son œuvre. Ensuite, Le Bal des Douze Princesses , l’histoire de douze princesses, plus belles les unes que les autres, qui quittent chaque nuit le palais de leur père, père qui promet une récompense à qui découvrira leur secret… Une entrée avec délice et mystère dans cet univers splendide auquel contribue grandement la grâce des vingt illustrations de Kay Nielsen, réalisées en 1913 pour les sept récits présentés dans ce volume.