Vous êtes ici : Accueil > Écrit et livre > Édition > Salon du livre de Paris > Salon du livre de Paris, du 20 au 23 mars 2015 > Ilot beaux-livres

Ilot beaux-livres

Dernière mise à jour le lundi 16 mars 2015

L’îlot dédié aux Beaux-arts et beaux livres est représenté par 7 maisons d’éditions : Cacimbo, Contrejour, Féret, Le Festin, Le Pin à crochets, Pimientos et Bastingage. À l’occasion d’un court entretien, ils présentent leur dernier ouvrage, révélant à la fois leur continuelle passion et leur engagement. Le hasard de l’actualité fait apparaître que leurs choix éditoriaux s’orientent vers deux thématiques pour cette livraison, les voyages d’artistes pour 4 d’entre eux et le vin en tant que patrimoine culturel pour les deux autres.

• Le thème de cette édition du salon du livre de Paris 2015 est le Brésil : pour vous c’est parfait ?

contre_jour

« En effet.  Depuis quelques années, je réédite les ouvrages épuisés du catalogue et Autres Amériques  était prévu parce que pour moi, c’est le meilleur livre de Sebastião Salgado : il possède une fraîcheur et une puissance émotive qui annoncent déjà toute sa carrière. C’est JeanLoup Sieff , en 1985, qui m’a parlé “d’un photographe fantastique à rencontrer”. Salgado est arrivé avec sa femme Lélia qui avait monté une maquette. Brésiliens d’origine, exilés à Paris, ils travaillaient pour Magnum et lui, venait de faire plusieurs voyages en Amérique du Sud (1977-1984) ; j’étais quasiment le seul éditeur de livres photos. Nous étions jeunes, c’était un petit milieu. Cette même année, Jean-Luc Monterosso* s’occupait de l'association Paris Audiovisuel et venait de lancer, avec kodack, le prix du Premier livre Photo sur maquette. On l’a reçu et nous avons pu publier l’année suivante, en 1986. On n’avait choisi que 49 photographies, en double pages, et cette sélection a donné un ouvrage très épuré. Dans la réédition sont ajoutés les textes des coéditions étrangères et le travail de Salgado est recontextualisé. Le hasard de l’actualité met son œuvre en plein éclairage avec Le sel de la Terre  de Wim Wenders ; le documentaire a reçu les plus beaux prix existants, alors je suis d’autant plus heureux de ressortir cet ouvrage maintenant. »

> Entretien avec Claude Nori, directeur et fondateur des éditions Contrejour, (éditeur de photographes depuis 1975).
* Jean-Luc Monterosso  est aujourd’ hui le fondateur et le directeur de la Maison européenne de la Photographie (MEP).

• Le Salon met un focus sur l’évasion, le voyage, vos deux rééditions vont s’y trouver tout à fait à leur place ?

cacimbo

« Oui c’est sûr. Je viens de rééditer Namibie, entre dunes et océan  (2000), et Chili... infinies latitudes  (2004), parce qu’ils étaient totalement épuisés et que libraires et lecteurs le souhaitaient. Chaque livre est une grande aventure et me prend plusieurs années de voyage. C’est par les déplacements liés à ma profession de géophysicien que se sont alimentées mes passions pour le voyage et la photographie jusqu’à devenir des voyages programmés sur mes temps de vacances pour revenir avec une matière à publier. C’est le voyage en Angola, fin des années 90, où je suis allé travailler, qui a tout déclenché. Je suis revenu avec des photos de paysages naturels alors qu’on ne voyait que des images de guerre. Mon entourage, à Pau, m’a encouragé à me lancer dans l’aventure éditoriale avec la graphiste, Christine Pichery. Et puis, en Angola, on ne pouvait pas se balader alors j’ai visité les pays voisins et notamment la Namibie, qui a fait l’objet d’un autre ouvrage, le second. Après l’Afrique australe, l’Amérique du Sud m’intéressait, le Chili notamment. Cette longue bande de terre, du nord à la Patagonie, propose une infinité de paysages qui a séduit mon attrait pour les paysages exceptionnels, très minéraux avec des atmosphères pures... Là, j’ai exploré la Bolivie, je pense que ce sera le prochain livre.»

> Entretien réalisé avec Olivier Michaud, fondateur des éditions Cacimbo (une collection de livres de voyages et de photographies).

Le Salon se place sous l’égide de Tourisme, voyages & récits d'aventure, ce programme a été fait pour vous deux, n’est-ce pas ?

pimientos

« Après le très bon accueil reçu pour Delacroix, le voyage aux Pyrénées et Turner, les Alpes , parus dans la collection “Traversière”, consacrée aux voyages de peintres, je voulais publier Viollet-le-Duc, la traversée des Pyrénées . On fêtait le bicentenaire de cet architecte-restaurateur-théoricien et, les recherches en archives effectuées pour les précédents ouvrages, m’avaient permis de savoir que, dans les réserves du Louvre, au cabinet des arts graphiques, se trouvaient les aquarelles de son voyage en 1833. J’ai été époustouflé par la maestria de ce si jeune homme ; il n’avait que 19 ans et venait tout juste de sortir du pensionnat. C'est à pied qu'il a visité, avec le musicien Émile Millet, toute la chaîne des Pyrénées. Les Pyrénées, avec leurs sommets, leurs ours et leurs mystères, s'inscrivaient parfaitement dans la singularité romantique de l’époque. 90 aquarelles ont été sélectionnées et Claude Dendaletche, spécialiste des Pyrénées, naturaliste et biologiste à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, les a resituées. En le suivant de Bayonne à Luchon, étape par étape, il révèle l’infatigable marcheur et le dessinateur, de tout premier ordre, qui a déjà le souci du détail et de la  vérité, qualités reconnues dans la carrière d’architecte qu’il suivra par la suite. »

> Entretien avec Alexandre Hurel, directeur des éditions Pimientos (Littérature de voyage, océan, patrimoine & beaux-arts).

pin_a_crochets

« Ça ne pouvait être mieux ! Le voyage et les Pyrénées, je les magnifie dans ma tête, alors en 1996, j’ai crée cette maison d'éditions pour les magnifier par le papier, dans les livres. J’ai rencontré vers 1985, le photographe Didier Sorbé et depuis, c’est une longue collaboration. C’est lui qui a imaginé cette Traversée à 4 voix  [Ouest / Pyrénées / Est ] et dès 2004 ; il fallait en dessiner l’itinéraire, d’Ouest en Est, les contours, puis la vivre en réalisant une photo par jour. Cette randonnée de 40 jours, faite à l’automne, est devenue une œuvre d'orfèvres et de paysagistes. Le quatuor qui signe ce livre - Didier Sorbé, Marc Girard, Olivier Delord et Jean-François Labourie - s’est associé pour proposer 4 points de vue originaux et complémentaires sur les Pyrénées : c’est une philosophie de la marche et de la montagne, la photographie comme trace et expression du paysage, la mise en œuvre de l'itinéraire sur le motif et c’est aussi, la voix des mots et du ressenti accompagnés de l’histoire des traversées historiques, ici revisitées. En proposant à la fois un ouvrage de photographies d’art, de randonnées référencées et de littérature, j’essaie d’inscrire depuis plus de 40 livres sur le sujet, la mise en valeur de ce territoire dans la modernité. »

> Entretien réalisé avec Marie Lauribe, directrice des Éditions Le Pin à Crochets (ouvrages singuliers en osmose étroite avec les Pyrénées).

Vous présentez chacun un ouvrage important sur le vin en tant que patrimoine culturel de l’Aquitaine, avec un intérêt tout particulier pour l’œnotourisme ; ce qui s’insère également très bien aussi avec l’actualité que le Salon consacre au tourisme et voyage (au sens large bien entendu) :

le_festin

« Oui, sachant que nous sommes en train de fêter notre 25e  anniversaire, avec un numéro sur La Gastronomie du Sud-Ouest ... C’est un art de vivre mais aussi, en effet, le patrimoine et la culture de l’Aquitaine ; et c’est le terreau même du champ de réflexion de la revue Le Festin , depuis le début. Sur la même ligne, le n°93 qui paraît est consacré au vin & tourisme . C’est à un voyage que nous voulons convier le lecteur ; nos vignobles s’inscrivent dans des paysages, des traditions et des techniques qu’on souhaitait valoriser. On a revisité les  appellations qui jalonnent le territoire, des médoc, aux graves en passant par le jurançon. L’angle de la modernité nous intéressait aussi, avec le bâti et les constructions-rénovations des chais de prestige signés par des architectes de renom, s’additionnant aux liens - toujours très actifs - entre l’art contemporain et les grands domaines viticoles. Et en arpentant l’Aquitaine nous sont apparues les nouvelles pratiques, celles liées à l’œnotourisme, qui proposent des lieux insolites pour dormir dans les vignobles ou pour visiter, le temps d’une croisière en bateau, les îles ou les coteaux de l’estuaire. Sans être exhaustif,  nous avions envie de faire le point sur tout ce qui, d’une manière ou d’une autre, et avec l’ajout de cartes présentant des parcours concrets, peut mener le lecteur vers un bon verre de vin, en alimentant sa curiosité et sa culture. » 

> Entretien réalisé avec Mélanie Tammeveski, chargée de communication pour les éditions et la revue Le Festin  (l’aquitaine a sa revue).

feret

« Il est vrai que la modernité de l’œnotourisme trouve une belle place dans cette 19e  édition de Bordeaux et ses vins  qui marque le bicentenaire de la maison. Le “Féret ”, comme les lecteurs l’appellent, est une somme incroyable d’histoire, de mémoire, de connaissances et de chiffres. Les éditions Féret ont 202 ans, le “Féret ” a 164 ans... C’est en 1849, que Michel-Édouard Féret propose à l’Anglais Charles Cocks, d'éditer en français, l’ouvrage que ce dernier vient de publier pour ses compatriotes, Bordeaux : its wines and the claret country .  Ainsi naît en 1850, le 1er  “Féret” : Guide de l'étranger à Bordeaux et dans la Gironde. Bordeaux, ses environs et ses vins classés par ordre de mérite . Il tient en 316 pages. Sa réédition, aujourd’hui - revue tous les 7 ans -, est actualisée par 22 auteurs, experts, scientifiques, historiens ou universitaires... pour référencer un vignoble de 115 000 hectares avec quelques 4000 châteaux. L’ouvrage reflète à la fois la puissance et la marque de Bordeaux mais aussi, en effet, un art de vivre qui joue sur le tourisme. Le terroir, les cépages, les maladies de la vigne, la vinification, l’art de choisir, de boire et de conserver les vins, les organismes professionnels, les millésimes, etc., en font l’outil de référence des professionnels mais aussi un guide pour l’amateur éclairé ou pour celui qui souhaite le devenir. »

> Entretien réalisé avec Bruno Boidron. Collaborateur des éditions Féret, il a dirigé trois éditions de Bordeaux & ses Vins . (les éditions Féret : Défendre la Lettre et l'Esprit du monde du Vin).

• Vous proposez un ouvrage consacré aux métropoles de demain et leur ouverture au monde, ainsi qu’un roman où l’on voyage beaucoup, deux livres en accord avec l’édition 2015 du salon…

bastingage

Les éditions Bastingage, qui viennent de fêter leur dixième anniversaire, proposent une sélection de beaux livres et de romans, parmi lesquels l’ouvrage collectif pluridisciplinaire Métropoles... Quel devenir pour nos Villes ? Bordeaux, Paris, Talence, New York, mythes et rites urbains , dirigé par Christian Sallenave (directeur des éditions Bastingage et sociologue), avec la participation de Jean Petaux (professeur à  Sciences Po Bordeaux), Pierre Ferret (architecte urbaniste), François Hubert (Conservateur en Chef du Musée d'Aquitaine), David Lacombled (journaliste, président du Think Tank Villa Numéris),  et Paul Vacca (philosophe et romancier).
« Ce livre, qui parle à la fois de la métropole bordelaise, de Talence, du Grand Paris et de la mondialisation, illustre parfaitement l'ouverture et les deux axes principaux de notre ligne éditoriale : confronter et conjuguer ce qui d'habitude s'ignore ou s'exclut,  à savoir ni régionaliste regardant le monde depuis son seul clocher, ni soumis à la  mondialisation et à ses modes, mais analysant les conditions de rayonnements et de changements d'une culture ouverte au monde. » Dans un même ordre d’idée, le 6e  roman de Camille Andrea, Ça chauffe au Sommet de Paris, Retour de Robin le Crétois  rayonne aussi à travers le monde, de la Dordogne à Corfou en passant par Paris où se joue cette « fable littéraire, comme un polar de série noire et rose ».

> Entretien avec Christian Sallenave, directeur de Bastingage (éditions de beaux livres, d’ouvrages de sociologie, d’urbanisme et de littérature)

Par Nathalie André