Vous êtes ici : Accueil > Résidences > Publications issues des résidences d'Écla > Nicolas Dumontheuil > Le Landais volant, vol. 4 (BD, juin 2015)

Nicolas Dumontheuil > Le Landais volant, vol. 4 (BD, juin 2015)

Dernière mise à jour le mardi 13 octobre 2015

DUMONTHEUIL_landais volant4

Mars-avril 2012 : Nicolas Dumontheuil en résidence à Québec

Juin 2015 : parution en France
Le Landais volant, vol. 4 Le blanc qui parle tout seul

Scénario et dessin Nicolas Dumontheuil
Couleurs Isabelle Merlet
Éd. Futuropolis
ISBN 978-2-7548-0722-7
72 pages – 17 €

Résumé : Le L andais volant, alias le Baron Jean-Dextre Pandar de Cadillac, poursuit son périple autour du monde à la découverte d’autres cultures, d’autres civilisations… Jean-Dextre nous entraîne dans ses pérégrinations, du Sénégal au Québec. Pour son dernier voyage, le baron se rend au Québec, sur les traces de son ancêtre, Antoine Pandar de Cadillac .  

Ce quatrième et ultime tome des aventures du Baron de Cadillac se conclut donc à Québec. Nul doute qu'il a été en partie fomenté sur les rives du fleuve Saint-Laurent, où Nicolas Dumontheuil séjourna en 2012. Il était parti en résidence avec deux projets dans ses cartons : un épisode de l'épopée coloniale française en Afrique à la fin du XIXe siècle (ce sera l'album La Colonne , sur un scénario de Christophe Dabitch, paru chez Futuropolis en août 2013) et le désir d'envoyer « Jean-Dextre de Cadillac promener ses guêtres chez nos cousins d'Amérique  », ce qu'il présentait ainsi dans sa lettre de candidature :

« Cette histoire doit faire entre 20 et 30 planches pour compléter le 4e  tome de la série, qui est à moitié fait avec une première histoire dessinée l'an dernier, une aventure humanitaire au Sénégal (il y a plusieurs histoires dans chaque album, comme des nouvelles). Le contraste, au sein d'un même album entre deux histoires se déroulant dans des contrées si lointaines provoquera un choc thermique salutaire chez le lecteur, un peu comme se rouler dans la neige après un sauna, ou des profiteroles au chocolat chaud. » (N.Dumontheuil, 2011)