Vous êtes ici : Accueil > Résidences > Résidences de La Prévôté > 28 février > 19 avril 2018 : Kamau Daáood, auteur américain

28 février > 19 avril 2018 : Kamau Daáood, auteur américain

Dernière mise à jour le mardi 27 février 2018

« Dès mon plus jeune âge, on m’a appris qu’être un artiste local est noble et profondément honorable. » C’est ainsi qu’a grandit celui qui, à Los Angeles, est appelé le « Musicien des mots ». Né en 1950 dans cette ville où il vit toujours, Kamau Daáood se définit lui, aujourd’hui, comme an urban griot . Il est également poète, performeur, artiste et activiste dans sa communauté artistique… En cette année 2018, il fête 50 ans d’une vie consacrée à la culture à Los Angeles, en  temps qu’acteur et en tant que témoin de la très dynamique scène artistique noire de cette ville. Lauréat de la résidence « éditeur néo-aquitain / auteur étranger », il vient pendant huit semaines à Bordeaux, dans la maison de la Prévôté, travailler sur ses mémoires que les éditions Le Castor Astral vont suivre de près et publier en version bilingue.

IMG_1731

C’est une vie extraordinairement riche que Kamau Daáood nous apporte à Bordeaux. 

En 1968, il intègre, en tant que jeune poète, le Watts Writers Workshop*, célèbre atelier d'écriture, créé par le scénariste Budd Schulberg en août 1965, à la suite des émeutes de Watts, le quartier noir de Los Angeles. L'atelier, très actif de 1965 à 1973, était principalement composé de jeunes afro-américains de Watts et des quartiers alentours, des écrivains notables en ont fait son histoire... Quincy Troupe, Johnie Scott, Eric Priestley, Ojenke, Wanda Coleman, ainsi que le groupe de poètes et musiciens The Watts Prophets. À la même période, sous la direction d’Horace Tapscott - qui deviendra un ami -, il entre dans l’Underground Musician and Artists Association  (UGMAA) de Los Angeles, dont l’émergence est également issue des révoltes de Watts de 1965.

Très vite, il y devient « le Musicien des mots ». En parallèle, à partir de 1970 et pendant plus de dix ans, il s’occupe de la programmation artistique du Watts Towers Art Center, géré par le service des Affaires culturelles de la Ville de Los Angeles.

À partir de la fin des années 1980, Kamau Daáood s’engage dans la musique et fonde en 1989 la World Stage Performance Gallery avec le batteur de free jazz Billy Higgins (1936-2001) - qui a joué avec les plus grands tels que Dexter Gordon, Ornette Coleman, Thelonious Monk, Art Pepper, Sonny Rollins… Il en est le directeur artistique et forme notamment le prestigieux groupe An Army of Healers.  Il s’est ainsi produit sur de nombreuses scènes parmi lesquelles les festivals Dunya et North Sea Jazz en Hollande, Earshot Jazz et Bumbershoot à Seattle, dans les musées Getty, Hammer et Moca à Los Angeles, au Schomburg Harlem de New York, etc. Et il y était régulièrement accompagné par les musiciens Horace Tapscott, Charles Lloyd, Omar Sosa, Famoudou Don Moye et bien d'autres.

En 1997, il enregistre l’album Leimert Park (M.A.M.A. records), unanimement salué par la critique et publie, en 2005, The language of saxophones : selected Poems  of Kamau Daáood  chez City Lights books. Plusieurs documentaires vidéos lui sont également consacrés dont Leimert Park, the story of a village in South central L. A.  (Jeannette Lindsay prod, 2005). Il apparaît également sur une douzaine d’enregistrements et compilations musicales en tant qu’artiste invité dont, en 2014, Innerscape, ten portraits of Los Angeles poets , un film réalisé par Sophie Rachmuhl, directrice du département LEA à l’université Bordeaux Montaigne et spécialiste de la scène artistique et poétique de Los Angeles.

Ces 50 ans d’un inlassable engagement dans de nombreux mouvements et associations artistiques majeurs de la communauté afro-américaine lui ont valu de nombreuses distinctions dont notamment, en 2006, le Jazz Journalists Award pour l’ensemble de son œuvre et son action au service de la communauté ; le prestigieux Charles Mingus Award en 2005 ; le L. A. Artcore 10th annual Award en 1998. Et, juste avant son arrivée à Bordeaux, Kamau Daáood vient d'apprendre qu'il recevra à son retour à Los Angeles, le George Drury Smith Award, prix de l'excellence en poésie dans le cadre de la célébration de ce 50e anniversaire.

Déjà venu à Bordeaux, en 2012, accueilli en résidence par L’Iddac (Institut départemental artistique et culturel), il a travaillé avec les éditions Le Castor Astral et le collectif de traduction Passages, de l’université Bordeaux Montaigne, à l’ouvrage bilingue, Notes d’un griot de Los Angeles / Griot notes from L. A.  Afin de poursuivre cette collaboration, Le Castor Astral a souhaité cette fois l’accompagner sur l’écriture de ses mémoires, en bilingue également, afin que la foisonnante vie artistique noire de Los Angeles puisse être mieux connue en France également.

*Aujourd’hui célèbre atelier d'écriture, créé par le scénariste Budd Schulberg, à la suite des émeutes du quartier de Watts en août 1965 (malgré le Civil Rights Act de 1964, qui déclare illégale la ségrégation raciale aux États-Unis, la politique de lutte contre les discriminations raciales n'est pas mise en place immédiatement. Le mécontentement gronde, notamment dans les villes où les Noirs se révoltent face aux discriminations en termes de logement, d'emploi, de pauvreté et dénoncent le harcèlement des forces de l'ordre. Rappelons qu'en 1965, des lois interdisaient encore aux Noirs de s'installer dans certains quartiers. Les émeutes de Watts, particulièrement violentes, durent pendant six jours avec le slogan « Burn, baby! Burn! » « Brûle, bébé ! Brûle ! »). Schulberg disait : "Je voulais aider à mon petit niveau, la seule chose que je connaissais c'était l'écriture, alors j'ai décidé de créer un atelier d'écriture." L'atelier a été actif de 1965 à 1973 et était principalement composé de jeunes afro-américains de Watts et des quartiers alentours. Les écrivains notables qui sont passés par l'atelier sont : Quincy Troupe, Johnie Scott, Eric Priestley, Ojenke, Herbert Simmons, Wanda Coleman, ainsi que le groupe de poètes et musiciens The Watts Prophets.  Le 16 août 1966, l'atelier a été le sujet d'un documentaire d'une heure de la NBC nommé The Angry Voices of Watts , ce documentaire a attiré l'attention de grands noms de la littérature américaine tel que James Baldwin, John Steinbeck, Richard Burton, Ira Gershwin ainsi que le sénateur Robert F. Kennedy. En 1967 paraissent 2 anthologies des écrits produits par l'atelier, elles sont éditées par Schulberg : From the Ashes: Voices of Watts  et The Watts Writers Workshop . En 1968, Watts Poets - A Book of New Poetry & Essays  a été édité par Quincy Troupe. https://lareviewofbooks.org/article/the-watts-writers-workshop-50-years-later/#!

+Projet de résidence

+Bibliographie