Vous êtes ici : Accueil > Résidences > Résidences de La Prévôté > 7 nov. > 20 décembre 2016 : Dens Dimiņš, traducteur letton

7 nov. > 20 décembre 2016 : Dens Dimiņš, traducteur letton

Dernière mise à jour le 25 novembre 2016

Biographie

Né en 1974, Dens Dimiņš vit à Riga en Lettonie.

Membre de l’union des écrivains de Lettonie, russophone et anglophone, il est traducteur du français, de l’islandais, du grec moderne, de l’italien et de l’allemand vers le letton.

À 23 ans, Dens Dimiņš est traducteur (anglais-français) à Riga pour le ministère de l’Intérieur et est enseignant de latin, français et anglais pour le département de philologie anglaise (étude d'un langage à partir de documents écrits). En 2000, il obtient un doctorat de philologie et lettres classiques à Riga, et perfectionne son aptitude à la traduction dans plusieurs pays d’Europe, notamment à Sienne où en 2000, il suit des cours d’italien avancé puis, en 2001, ceux d’interprète européen francophone au centre culturel français de Varsovie et des cours de perfectionnement de grec moderne à Salonique. Il obtient en 2002, le diplôme universitaire d’interprète bilingue anglais-français de conférences. De séminaires en cours de perfectionnement, il poursuite sa formation d’interprète à Madrid, à Padoue, à Bruxelles, à Trieste, à Paris, à Sofia (cours en langue et culture bulgares) et, à partir de 2012, il s’inscrit au doctorat de linguistique générale à l’université d’Háskoli de Reykjavik. Depuis 2015, il enseigne la littérature du 20e  dans le département de philologie baltique à l’université Latvijas de Riga.

Depuis 2008, il a essentiellement traduit des auteurs contemporains européens importants tel que le bulgare Guéorgui Gospodinov, poète, nouvelliste, écrivain, dramaturge ; auteur phare de la jeune génération des écrivains bulgares ; l’italien Roberto Saviano, surtout connu pour son travail de journaliste sur les milieux mafieux, Gomorra , l’islandais Einar Már Guðmundsson, grand prix de littérature nordique pour Les anges de l'univers (publié en France par Flammarion et 10/18), et les français tels que Céline, George Perec, Michel Houllebecq, Jonathan Littell ou Laurent Binet (prix Goncourt du 1er  roman en 2010 pour HHhH  aux éditions Grasset).

Projet en résidence

CouvENARD

 Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, Mathias Énard, éditions Actes sud, 2010

Du 7 novembre au 20 décembre 2016, Dens Dimiņš vient en résidence d’écriture, à Bordeaux, à La Prévôté, afin de finaliser la traduction du roman de Mathias Énard, Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants (éd. Actes sud, 2010). C’est la première traduction en letton de cet auteur français, né en 1972, qui a publié six romans aux éditions Actes Sud et qui est surtout connu pour avoir reçu le prix Goncourt pour son roman Boussole en 2015.

Mathias Énard, qui a étudié le persan et l’arabe et fait de longs séjours au Moyen-Orient, situe son récit à Constantinople où, le 13 mai 1506 Michelangelo Buonarotti débarque, à l’invitation du Sultan. Ce dernier veut lui confier la conception d’un pont sur la Corne d’Or. Urgence de la commande, tourbillon des rencontres, séductions et dangers de l’étrangeté byzantine, Michel Ange, l’homme de la Renaissance, esquisse avec l’Orient un sublime rendez-vous manqué. L’ouvrage a été couronné par le prix Goncourt des lycéens 2010 et le prix du livre en Poitou-Charentes 2011.

Pour Dens Dimiņš, ce roman offre la vision d’un pont jeté entre l’Orient et l’Occident, flirtant ainsi avec l’actualité des conflits de religions et de civilisations. Ce récit est aussi « troublant comme la rencontre de l’homme de la renaissance avec les beautés du monde Ottoman, précis et ciselé comme une pièce d’orfèvrerie. Et ce portrait de l’artiste au travail est aussi une fascinante réflexion sur l’acte de créer et sur le symbole d’un geste inachevé vers l’autre rive de la civilisation. Le style raffiné, baroque, très littéraire du romain, associé à de nombreuses références liées à la cours du Sultan, aux références florentines et vénitiennes, nécessite un travail très spécifique de traductologie et implique aussi de trouver une voix appropriée pour que le récit en letton soit aussi élégant que l’est l’original ». 

Bibliographie sélective

• Traductions du français vers le letton

Soumission , Michel Houellebecq, éditions Jãna Rozes apgãds, Riga, 2016

Voyage au bout de la nuit, Céline , éditions Jãna Rozes apgãds, Riga, 2016

HHhH , Laurent Binet, éditions Zvaigzne ABC, Riga, 2016

Les bienveillantes , Jonathan Littell, éditions Jãna Rozes apgãds, Riga, 2016

La vie mode d’emploi , Georges Perec, traduction avec Gita Grinberga, éditions Mansards, Riga, 2013

La carte et le territoire , Michel Houellebecq, éditions Jãna Rozes apgãds, Riga, 2011

La classe de neige , Emmanuel Carrère, éditions Jãna Rozes apgãds, Riga, 2008

Rapport sur moi , Grégoire Bouiller, éditions Jãna Rozes apgãds, Riga, 2007

Le livre des nuits , Sylvie Germain, éditions Jãna Rozes apgãds, Riga, 2002

Fichier(s) à télécharger