Vous êtes ici : Accueil > Résidences > Résidences de La Prévôté > Les auteurs reçus > Eduardo Berti

Eduardo Berti

Eduardo Berti © Mariel Ballester

Eduardo Berti © Mariel Ballester

Dernière mise à jour le 10 septembre 2013

À l'occasion du 10e festival Lettres du monde, Écla s'associe à l'association Lettres d'échange et met à sa disposition la résidence de la Prévôté, pour accueillir le romancier argentin Eduardo Berti.

Pour faire durer en beauté son dixième anniversaire, Lettres du monde à invité Eduardo Berti en résidence d'écriture et de création en Aquitaine, de septembre à décembre. Pendant un mois, il sera l'hôte de la Prévôté.

Biographie

Né à Buenos Aires en 1964, Eduardo Berti est sans doute, parmi tous les écrivains argentins, l’héritier le plus fidèle de la tradition du fantastique et du texte bref issue des Jorge Luis Borges, Adolfo Bioy Casares et Julio Cortázar. Après avoir vécu plusieurs années à Paris, il vit aujourd’hui à Madrid et dirige depuis 2007 une maison d’édition hispano-argentine : La Compañía. Érudit, malicieux, il joue d’ailleurs sans se cacher avec ces références prestigieuses et la mythologie qu’elles transportent.

Il débute en 1983 en tant que journaliste et devient, de 1987 à 1992, un collaborateur permanent de la revue Página/12 . En même temps, il tient une chronique sur une radio libre, El Bulo de Merlín . En 1990, il publie un essai, Rockología , sur les années 80. Par la suite, il collaborera à la réalisation de documentaires sur l'histoire du rock argentin. Son premier roman qui paraît en France sous le titre Le Désordre électrique , a pour thème l'installation de l'électricité dans un petit village portugais que refuse le parti des cléricaux, aussi bien notables que paysans, qui voient là une diablerie. En 1998, Berti s'installe à Paris où il restera jusqu'en 2006. Il travaille à Madame Wakefield , réécriture d'un conte de l'Américain Nathaniel Hawthorne encensé par Borges comme une préfiguration de Melville et Kafka. Après La Vie impossible , recueil de microfictions (très courts récits), Berti revient au roman avec Tous les Funes , un roman onirique dans la veine de Borges. Après avoir écrit le scénario de Nordeste , le premier long-métrage du réalisateur argentin Juan Solanas, il publie Rétrospective de Barnabé Lofeudo . 

Dans les années 90, il a participé à la réalisation de documentaires pour la télévision sur l’histoire du tango. Eduardo Berti est également le fondateur de l’une des premières radios indépendantes d’Argentine et a publié deux livres (non traduits) autour de la musique populaire en Amérique Latine. Ses plus récents ouvrages parus en France sont un recueil de nouvelles, L’Inoubliable   (Actes Sud, 2011) et un roman Le Pays imaginé , sorti chez le même éditeur en 2013 et toujours  traduit de l’espagnol, comme les précédents, par Jean-Marie Saint-Lu. Il a également écrit la postface d’un roman de Charles Dickens publié fin 2012 aux éditions Nil, Les Aventures de Joseph Grimaldi .

Passionné, comme beaucoup d’écrivains latino-américains, par la forme brève, Eduardo Berti leur a consacré plusieurs anthologies. Cataplum, maison d'édition aquitaine, a publié en 2011 l’une d’entre elles sous le titre Les Fictions les plus courtes du monde, de Ésope à Kafka . À l’occasion de sa résidence en Aquitaine, il travaillera à un nouveau roman, Dos hermanos llamados Renzo . Il parle très bien français.

Partenaires

Le programme « Musiques du monde & écritures » dans lequel s'inscrit la résidence d'Eduardo Berti, existe grâce à la réunion, l’implication, la contribution et la participation des artistes et de nombreux partenaires. Il est le fruit d’une coopération regroupant au sein d’une Communauté d’Envie Culturelle et Artistique : Lettres du monde - Musiques de nuit & Le Rocher de Palmer - IDDAC - Écla Aquitaine - villes d’Anglet, Bassens, Bègles, Blanquefort, Cenon, Cestas, Coutras, Floirac, Gradignan/Lire en poche , Le Haillan, Lormont - Étranges lectures /bibliothèque de Périgueux, Conseil général & ligue de l’enseignement de la Dordogne - Mont-de-Marsan/Café music, centre pénitentiaire, médiathèque du Marsan - Villeneuve-sur-Lot/ bibliothèque municipale, centre culturel Raphaël-Leygues centre pénitentiaire.

Le Centre national du livre apporte également son aide à ce projet en attribuant une bourse à Eduardo Berti pour cette résidence.

Liens

• Le blog d'Eduardo Berti (en espagnol) : c'est ici , et son site : c'est là .
• Le site de Lettres du monde : c'est là.

+Programme des rencontres

+Bibliographie