Vous êtes ici : Accueil > Résidences > Résidences de La Prévôté > Les auteurs reçus > Sasa Ilic

Sasa Ilic

Du 3 au 30 novembre 2009, en partenariat avec les éditions Gaïa, Écla accueille Sasa Ilic à la résidence de la Prévôté. Le premier roman de ce jeune auteur serbe, La Fenêtre berlinoise, publié à Belgrade en 2005, vient de sortir en France dans une traduction d’Alain Cappon. Pendant son séjour bordelais, Sasa Ilic souhaite finaliser l’écriture de son second roman provisoirement intitulé « The Fall of Columbia ».

Dernière mise à jour le mardi 22 novembre 2011

Du 3 au 30 novembre 2009, en partenariat avec les éditions Gaïa, Écla accueille Sasa Ilic à la résidence de la Prévôté. Le premier roman de ce jeune auteur serbe, La Fenêtre berlinoise, publié à Belgrade en 2005, vient de sortir en France dans une traduction d’Alain Cappon. Pendant son séjour bordelais, Sasa Ilic souhaite finaliser l’écriture de son second roman provisoirement intitulé « The Fall of Columbia ».

Sasa Ilic est né à Jagodina, une petite ville du centre de la Serbie, au sud de Belgrade, en 1972. Il publie ses premiers textes en 1995 dans la revue Rec  (La Parole ), magazine culturel et littéraire très critique vis-à-vis du régime de Milosevic. Suivront un recueil de nouvelles (Pressentiment de la guerre civile , 2000) et l’édition d’un panorama de la nouvelle scène littéraire serbe (Vivre comme un chien ), rassemblant les travaux de six auteurs nés après 1970. Pour Berlinsko okno / La Fenêtre berlinoise , il a reçu des bourses d’écriture allemande et serbe, notamment de la prestigieuse Fondation Borislav Pekic – du nom du grand auteur de La Toison d’or .

ilic_fenetre berlin

La Fenêtre berlinoise
Sasa Ilic
Traduit du serbo-croate par Alain Cappon
Éditions Gaïa, octobre 2009
ISBN 978-2-84720-149-9
352 p. - 13 cm x 22 cm - 23 €

Un jeune homme est envoyé à Berlin par une ONG belgradoise pour enquêter sur le sort des émigrés d’ex-Yougoslavie. Il vient recueillir les mots des exilés, ceux que la guerre (les guerres) ou les aléas de l’Histoire ont déplacés d’une nation à l’autre, d’une vie à l’autre. Ses pérégrinations le mènent à rencontrer quelques personnages plus ou moins silencieux ou loquaces, attachants dans leurs errances, leurs blessures, leur survie. C’est le tableau d’un sous-monde qui est brossé ici, le processus d’une descente en soi-même à chaque descente dans le métro : la « fenêtre berlinoise » est le nom de la télévision que l’on peut regarder dans le U-bahn, le métro souterrain berlinois. Sasa Ilic capte les pulsations de Berlin et de ces vies invisibles.

 
Sur ce site  (en anglais et allemand) de la « jeune littérature post-yougoslave » (Velibor Colic, Emir Imamovic, Zvonko Karanovic, Boris Peric, Edo Popovic, Nenad Popovic, Roman Simic…) figure un court film documentaire où Sasa Ilic revient sur la maturation de son roman, entre l’Allemagne et la Serbie, explique l’influence décisive de la figure d’Isa Vermehren et interroge les artistes et historiens de son pays qui l’ont inspiré.

Fichier(s) à télécharger

+Entretien

+copyright et contact photos Sasa Ilic